En pleine expansion dans le monde, les métro automatiques possèdent une technologie qui demande d'important tests de sécurité. Pour répondre à ce besoin, SPHEREA lance son offre du banc d’essai dynamique.

Les métros automatiques offrent une solution pertinente pour les villes de demain puisqu’ils permettent d’augmenter la densité du trafic tout en diminuant le coût d’exploitation des lignes. Cependant, du fait de l’absence de contrôle humain à bord, les tests réalisés sur chaque rame après les opérations de maintenance sont particulièrement poussés au point de nécessiter des essais systématiques sur piste. Ces pistes d’essai, occupant plusieurs dizaines de milliers de m² en zone urbaine,  représentent un coût foncier considérable et sont sources de nuisances sonores pour le voisinage des installations.

Lille a été l’une des villes pionnière en matière de métro automatique dans les années 80 et est aujourd’hui équipée de deux lignes de véhicules légers sur pneu, de type VAL. Afin d’absorber l’augmentation de la fréquentation de ses lignes, l’exploitant du métro lillois va prochainement doubler la longueur des rames. Cet accroissement du nombre de rames a des répercussions sur les opérations de maintenance et la voie d’essai actuelle ne permettra pas d’absorber l’ensemble des essais. De plus, la surface foncière disponible ne permet pas de construire une deuxième voie.